Edit du 11/04/2017 : Vidéo de la réunion clic  ici.

Compte-rendu de la conférence de Marc Cendrier

Le mardi 4 avril 2017 à la salle des mariages de Méaudre

Environ 85 personnes
Marc Cendrier de l'association nationale Robin des Toits
Membres du collectif Fréquences Vercors NON au LINKY
Habitants des 4 montagnes
Hubert Arnaud maire de la nouvelle commune Autrans Méaudre en Vercors
Thierry Gamot maire délégué de la commune d'Autrans

Marc Cendrier nous présente les deux sources de toxicité du compteur communicant :
- Le CPL (Courant Porteur en Ligne), une émission radiative faible mais permanente aussi toxique qu'une émission forte et de courte durée, rayonnant dans toute la maison en parcourant notre réseau électrique non blindé;
- Les concentrateurs (antennes relais) envoient les données à des centres de traitement par téléphonie mobile.

Il est précisé que ces concentrateurs vont être installés dans nos quartiers (700 000 sont prévus  en France, réf "L'âge de faire") sous forme de boîtiers et d’antennes qui émettent en permanence exposant les riverains à la toxicité des émissions.

Marc Cendrier nous explique que les compteurs sont installés par des sous-traitants pas forcément qualifiés. On dénombre environ 70 incendies depuis le début de l'année 2017.

En ce qui concerne les économies d'électricité promises par ENEDIS donc la baisse des factures, l'expérience des compteurs déjà posés nous prouve exactement le contraire.

Le LINKY est une intrusion de plus dans nos vies visant à contrôler nos moindres faits et gestes.

S'ouvre alors le débat avec une question de David du collectif « A qui appartiennent ces fameux compteurs électriques ? »

Réponse de Marc Cendrier sans équivoque « Une loi de 2004 a confié la propriété des compteurs électriques aux collectivités territoriales (communes ou regroupement de communes le cas échéant) »

Dans le débat Marc Cendrier explique :« Il faut prendre la décision d'exister en tant que citoyen et se réunir nombreux pour engager un rapport de force qui fait tout plier sur son passage ; les politiques et même le monde financier »

Marc nous rappelle que les attaques au tribunal administratif des communes ayant refusé le LINKY sont peu nombreuses et se font sur les petites communes, les grandes communes n'étant pas déboutées de leur décision ce qui nous amène à la conclusion que ce n'est que de l'intimidation.

Il conclut enfin qu'il n'y a aucune loi nous obligeant à accepter la pose d'un compteur LINKY chez soi et que le refus individuel doit se faire dans les règles administratives par le biais d'une lettre à ENEDIS avec accusé de réception et donc que la pose de ce compteur contre sa volonté est illégale.

Le maire Hubert Arnaud interpellé par une citoyenne explique qu'il est démocrate est en parlera donc aux conseillers municipaux.